Les arguments du conseil départemental et nos réponses.

Nous répondons aux arguments du Conseil Départemental et en particulier à ceux de son président tels qu'ils ont étés annoncés dans la presse et en réunion publique.

 

Le Conseil Départemental prétend avoir trouvé la solution pour éviter le contournement de Réalmont.

"Des années, des décennies que l'on parle d'une déviation du centre de Réalmont, asphyxié par les milliers de véhicules qui passent quotidiennement. Le Conseil département semble avoir enfin trouvé la solution pour qu'une partie du trafic soit délestée vers un autre axe, la RD41." (la Dépêche du 23 mai 2018).

Cette solution n'est pas nouvelle, elle réapparaît  tous les cinq ans environ (voir un peu d'histoire). mais ce n'est pas une vraie solution car seulement "une partie du trafic" serait déviée. Le département dit vouloir dévier essentiellement les poids lourds, ce que semble bien avoir compris le maire de Réalmont (la Dépêche du 23 mai 2018).

Cependant si on y regarde de plus près cet itinéraire de délestage ne résoudrait que très partiellement le problème de la traversée de Réalmont par les poids lourds. En cet itinéraire n'est pas adapté. Nous passerons rapidement sur les nuisances qu'apporteraient ces poids lourds aux nombreux riverains de ces routes (et non pas 25 comme le prétend le président Ramond aux seul 25 impactés (communiqué de presse du 23 juin), sur la proximité de la voie verte et la proximité de voies cyclables et de chemins de randonnée.

Deux contre indications sont évidentes :

La sécurité.

Cette route est parfaitement inadaptée, elle n'est pas suffisamment large 1 mètre de moins que la RD 612 ! Elle contient de nombreux virages et carrefours sans visibilité, est le débouché de chemins de randonnées, d'accès riverains...

La capacité de la route.

Le conseil départemental prétend qu'il suffirait d'aménager quelques carrefours et virages pour que cette route soit adaptée. C'est une contre vérité. Lors de la conception d’une route on tient compte du trafic poids lourds sur celle-ci et on détermine ensuite la structure pour qu’elle ait une durée de vie de 20 ans. La RD41 n’a pas été conçue pour un tel trafic ce qui signifie que cette route devrait être refaite très rapidement. Il ne s’agit pas uniquement de refaire l’enrobé (le goudron) mais toute la structure de la route ! Et cela sur près de 6 km. Vous comprenez bien que le Conseil Départemental ne tient pas à faire ces travaux coûteux.

 

Le conseil départemental indique "Cette route de contournement pourra être très vite mise en action car de gros travaux vont voir le jour sur l'axe Albi-Castres" En effet, ces travaux vont débuter en septembre prochain. Cependant dans le même article le président indique : "tout cela  (les travaux prévus sur la RD41) ne pourra se finaliser que dans deux ou trois ans car ces travaux n'ont pas été budgétisés en 2018". Donc le conseil de département envisage de dévier les camions par les RD41 et 631 puis dans un deuxième temps (2020 2021 ?) de réaliser les travaux nécessaires.

 

Il s'agirait "d'un projet d'intérêt général "(le Paysan Tarnais du 31 mai 2018). Ou est l'intérêt général puisque le problème de la traversée de Réalmont ne serait pas résolu !

 

Dans le même article : "L'aménagement d'un itinéraire de de délestage via Lombers est d'autant plus indispensable [..] car de manière naturelle la circulation va passer par là pour éviter les ralentissements liés aux travaux de réaménagement du centre de Réalmont prévus par La municipalité. C'est notre responsabilité d'aménager la RD41". En effet mais alors pourquoi ne pas commencer par réaménager avant de réaliser des travaux qui imposeront le passage des camion par cette route !

 

Le pompon toujours dans ce même article du Paysan Tarnais "Il voit même en cette augmentation de la circulation à proximité de Lombers un certain atout pour la commune" Désolé mais à Lombers personne ne semble convaincu.

 

Encore une perle dans ce même article  le texte entre parenthèse est de nous !

"Les 25 riverains recensés le long de la RD41  (et les autres et ceux de la RD630 ?) seront tous reçu individuellement ( et ils devraient  déjà avoir reçu la lettre promise dans le communiqué de presse du 23 mai cependant il semble que l'acheminement du courrier soit un peu long ces temps-ci) au Département pour voir comment adapter l'accès à leurs propriétés (tient encore quelque chose que le département ne semble pas avoir étudié en amont). Et leur rappeler que c'est un but d'intérêt général que poursuit la collectivité à travers ce vaste chantier (rires) qui ne doit pas consommer le moindre hectare agricole (en effet si aucun aménagement n'est réalisé).

 

Le président du département y voit un "projet capital pour l'avenir du département, ambitieux mais réaliste, car nous n'avons pas les moyens de faire une 2*2 voies sur tout le long". Sans blague qui demande une 2*2 voies sûrement pas nous, on se contenterait d'une déviation en site propre de 5 km !

 

Quand nous demandons l'étude d'une déviation en site propre,on nous traite de doux rêveurs.

Pour commencer, cette étude aurait déjà du être réalisée depuis longtemps 850 000 euros ont été provisionnés pour cela par le Conseil Départemental par un vote de 2011 mais ce vote n'a semble t'il pas été suivi d'effets ou alors l'argent s'est évaporé.

Ensuite on nous indique que le coût serait prohibitif 25 millions d'euros aux dernières nouvelles, mais comme il n'y a pas d'étude...

Puis comme on est un peu pénibles et insistants, l'argument massue ! "Vous comprenez, maintenant  c’est le ministère du développement durable qui valide la construction de nouvelles routes on ne peut plus faire des routes comme il y a dix ans !  ( Réunion publique du 23 mai à Réalmont). Pour un peu ce serait la faute des écologistes si il n'y a pas de contournement en site propre ! En effet pour réaliser un nouvelle route, il faut d'abord informer la population, faire une enquête publique, avoir un projet conforme aux normes environnementales actuelles... Je crois que l'on appelle ça la démocratie.

Par contre il est très possible d'utiliser un tracé existant non adapté sans aucune concertation ni aménagement. Il n'est rien prévu par exemple pour éviter que les pollutions générées par le trafic poids lourds sur les RD41 et 631 ne se déverse dans les cours d'eau que les longent soit l'Assou et le Dadou.